Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que cela réjouissent les cinéphiles, je n'en doute pas une seconde, mais que notre ministre de la culture s'épanche sur le sujet en poussant un « cocorico » un brin déplacé, cela me désole. Hier soir, la remise de la palme d'or à Cannes a montré combien le clivage existait encore entre une France qui travaille, respire, aime et vit aux rythmes de ses enfants et les discours lénifiants de certains qui n'ont vu dans cette attribution que le retour tant espéré de l'objet de convoitise ans l'hexagone, vingt et un ans après...

Finalement, ils n'ont été que trop peu à porter l'accent sur le contenu de ce film primé avec raison et passion. C'est ainsi que le président du jury a porté l'estocade en parlant de l'universalité des rapports entre enseignants et élèves et le même qui a souligné la qualité du travail collectif engagé dans cet établissement jugé difficile entre un réalisateur, un écrivain et les acteurs incontournables de ce documentaire à la limite de la fiction. Ainsi, c'est un américain pur jus qui a souhaité rendre hommage à un système éducatif, le notre, traité avec respect mais dans toutes ses contradictions par le 7ème art. Et là, où bien des ministres concernés ne voient que matière à élaguer, réduire, contraindre, réformer sans cesse, culpabiliser et rentabiliser, l'œil de la caméra a su nous donner à rire et à pleurer, à nous interroger et à nous émouvoir avec des images qui sont autant de tranches de vie faisant appel aux souvenirs de tout un chacun...

Quand un gouvernement, celui là ou l'un des précédents (parfois il y a peu de différences), s'en prend aux fondements même d'une nation, son système d'éducation et les acteurs qui le font vivre, il remet en cause l'essence même de la légitimé de ce système. Lorsque la palme fut remise au cinéaste, j'eu une pensée pour tous, ces enseignants qui croient encore aux valeurs de l'école de la république, ces élèves qui croient encore que l'école est utile pour eux et pour leur future place dans la société, ces parents qui gardent l'espoir d'une monde meilleur pour leur descendance.

Après ce coup de tonnerre dans le landernau culturel j'oserais dire que nous devrions assister au même engouement que celui suscité par un récent film adoubé depuis qu'il a réhabilité les gens du nord si chers au poète. C'est alors que nous pourrions clamer haut et fort : bienvenue à l'école !!! Gageons que nous serons nombreux à nous rendre dans les salles obscures dés sa sortie comme nous serons nombreux à ouvrir un œil neuf sur les établissements scolaires de nos enfants ! Après tout cette école tant décriée, si malmenée, elle n'est que ce que nous voulons bien en faire, alors, bâtissons là ensemble sans l'enfermer « entre les murs ».
Tag(s) : #Chroniques