Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A travers l'orgueil de ma ville

Un carré blanc, obscur de désirs

Noble dessein en manières viles

Indignes des ces frissons, ces soupirs.

 

 

Conception exacerbée d'un être épris

Dans l'engrenage sournois, asservi

De nos envies à jamais bafouées

A l'approche de ce bel été.

 

 

Mouvements gauches dans le ballet

Sordides, enchanteurs de la vie

Sourires gênés, un regard aigrit

Un ciel s'assombrit à la nuit tombée.

 

 

Dans ce blanc linceul d'espérances

Des discussions aux allures passionnées

Témoins assidus d'une permanence

Immolés dans l'infini, mais, mais....

 

 

Je chuchote encore et encore...

Je nomme et renomme ta beauté et tes formes dans l'illusion parfaite de ton prénom.

 

 

Maximilien (Il fut un temps)

Tag(s) : #En vers et en prose